Rétrospective de 2006-2007 et 2013, par Michel Baqué et Aldo Creveli. Photos " collection Littoral Presse "

INTRODUCTION :

Il nous a paru intéressant de revenir une dizaine d'années en arrière pour parler d'un chantier qui touchait particulièrement  le village et son église Saint-Étienne, monument classé du XIe siècle.

C'est fin 2006 que la municipalité communiste de la commune, dirigée par Gérard Bouisson se voyait enfin autorisée à débuter de très importants travaux de réhabilitation pour l'église Saint-Étienne, après trois années d'études, analyses et autorisations diverses du service des monuments classés avec un important dossier réalisé par Henri Viols,adjoint au maire et délégué au cadre de vie, et, Jean-Claude Bonnafoux, premier adjoint au maire et délégué à l'urbanisme.

Nous avons donc puisé dans les divers articles de Michel Baqué, qui avaient paru dans le quotidien Midi Libre durant l'année 2006 et 2007. Cela permettra aux " nouveaux arrivants  " depuis dix années, de mieux connaître leur commune " autrefois " !

La dernière réunion qui allait donner le top au départ des travaux eut lieu la veille de Noël ....le 24 décembre 2006

 

Eglise 01

Eglise 2

Les travaux.....

La musique de l'orgue avait changé sous la nef de l'église Saint-Étienne, durant de nombreuses semaines c'était alors un concert d'excavateur, de tracto-pelle, marteaux piqueurs et ciseaux à pierre. Le sol avait été creusé sur plus de 40 cm et il avait été permis de se rendre compte que des travaux de rénovation du sol avaient déjà eu lieu à différentes époques lointaines. Le jour de marché de nombreux villeneuvois faisaient un détour pour mesurer l'avancement des travaux, et les plus curieux de tenter de savoir si rien de mystérieux ne se cachait sous le travail de l'excavateur. Aux dernières nouvelles, ni sarcophage, ni tunnel secret menant l'on ne sait où, ni cache mystérieuse renfermant un trésor, bref uniquement d'énormes pierres, de vieux bars effondrés et beaucoup de terre bien compacte. Malgré son aspect d'église en ruines, les offices avaient lieuen 2007 tous les dimanches matin à 10 heures après que le comité paroissial ait mis en place chaises et bancs pour un précaire confort des paroissiens. Toutes les statues avaient quitté leurs socles, l'autel était réduit à sa plus simple expression et le crucifix du Christ s'élèvait sur un monticule de gravats.Pourtant, depuis que la vieille bâtisse était dans les mains expertes des restaurateurs, les participants à la messe dominicale étaient de plus en plus nombreux et pouvaient participer aux cérémonies du carême, des rameaux, de la semaine sainte pour arriver au jour de Pâques. .

 

Eglise 6

 

Une quinzaine d'élus avaient accompagné Gérard Bouisson, alors maire de la commune, pour effectuer de nombreuses visites de l'église Saint-Étienne en présence de Dominique Larpin, architecte en chef chargé des monuments classés, et du responsable de l'entreprise Muzzarelli, qui a eu pour mission de restaurer l'édifice, et biensûr la présence du père Jean-Claude Monte ecclésiastique, aujourd'hui disparu, ayant en charge le culte catholique villeneuvois. Dominique Larpin donnait une très intéressante analyse des travaux effectués et le pourquoi de leur mise en exécution. L'édifice avait énormément souffert des séquelles de l'humidité ambiante et d'infiltration d'eau, mais les procédés réclamés par l'architecte devraient surseoir à ces problèmes, mais il fallait poursuivre par quelques travaux sur la vieille façade donnant sur la place de l'église. Ainsi, grâce à la mise en place d'un réseau de drains correspondants à une entrée et une sortie d'air allant du nord au sud de l'église, d'un lit de cailloux posés sur une couche de chaux pour une circulation souterraine de l'air, l'entreprise a effectué la pose d'un dallage en pierre de la région, qui est la copie du dallage ancien trouvé lors des terrassements. À été réintroduit dans le dallage, des motifs de céramiques récupérées dans l'ancien sol, l'un représentant Saint-Étienne et un autre les armoiries de Villeneuve lès Maguelone.

 

Insolites 09 014

Visite d'experts avec le Père Monte

 

Eglise 5

Mr Dominique Larpin dans ses explications sur le chantier.

 Après avoir été l'objet de soins particuliers lors de la restauration, les piliers, murs et voûtes ont reçu un badigeon ocre en finition pour harmoniser l'édifice. Les paroissiens ont ensuite été étonnés de la nouvelle dimension de l'entrée de l'église, suite à la suppression de la tribune en bois qui avait été créé en 1804. L'escalier de la petite entrée, permettant l'accès à la tribune allait également disparaître et les importantes pierres faisant office de marches seront utilisées pour créer le sol de ce qui deviendra une pièce de réception. Le superbe baptistaire de marbre prendra place dans la nef et il sera prévu que la statue de la vierge soit transférée dans un endroit où elle ne subira pas le contre-jour.

 

Tribune église

La vieille tribune, trop abimée, sera supprimée

 

Insolites 09 015

L'imposant escalier de pierre qui menait à la tribune....

 

 

 Il est indéniable que l'excellente qualité de travail de l'entreprise Muzzarelli a donné une nouvelle vie à ce fleuron de la commune. On notera que ce sont les employés communaux de l'époque qui ont installé tout le réseau électrique et le câblage audio. Le père Monte à remercié les élus « merci, a-t-il dit, un grand merci à tout le monde, le miracle de ce jour est de constater l'entente continuelle qui s'est instaurée entre les ouvriers du chantier, les élus et les paroissiens » Henri Viols, élu adjoint du cadre de vie, a rappelé que ces travaux n'avaient été réalisables que par la participation financière de l'État, de la région, du département, de l'Agglo et de la commune. C'est Gérard Bouisson, qui rappellera que tout jeune il avait été enfant de choeur, Il ajoutera alors « rien de tel que lorsque les bonnes volontés s'unissent. Nous allons arriver au terme de ce chantier et je remercie personnellement les paroissiens d'avoir fait preuve de patience durant ces mois de travaux ».

Même si il restera encore quelques travaux dans les mois à venir de l'an 2007, les paroissiens pourront assister à la messe de Noël, dans leur église, et ils pourront alors en profiter sous son nouvel aspect.

 

Insolites 09 013

 

En conclusion de ce chantier 

Dominique Larpin, architecte en chef des monuments classés, s’était promis de mettre l’église à disposition des villeneuvoises et villeneuvois, pour les fêtes de Noël. C’est chose faite, même si la bâtisse coté Ouest, appelée, « Chapelle de la vierge de Baratta », n'est pas complètement terminée, les paroissiens ont retrouvé leur église complètement rénovée à l'occasion de l’office qui célébrait la veillée de Noël.

Ainsi, le lundi, pour la messe de 18 heures, célébrée par le père Jean-Claude Monte, il manquait de la place et des chaises pour accueillir tout le public, venu par dévotion mais aussi indéniablement par curiosité. Il faut dire que la majorité des gens a été surpris du volume que dégage la nef centrale, après la suppression de la tribune qui se situait au-dessus de la porte d'entrée, qui elle aussi a été changée tout en gardant le style qui lui était imposé. Il faut reconnaître que c'est de la belle oeuvre, et les deux oculus qui maintenant se font face d’un bout à l’autre de l’église, réfléchissent la lumière sur les murs ocres qui semblent donner un volume différent et une hauteur plus vertigineuse à la voûte particulièrement réussie, où ne s’étaient pas posé des mains d’hommes depuis des siècles.

 Voilà donc des années ponctuées de projets, des mois durant lesquels des ouvriers spécialisés ont œuvré, pour aujourd'hui déboucher sur un résultat extraordinaire. Pour Bernard Povillon, qui veille en voisin sur ce joyau qu'il a le bonheur d'administrer, c'était un grand jour. « Même si après les fêtes il restera quelques travaux, le plus important est fait. Dans quelques jours le réseau alimentant la sonnerie des cloches sera branché, et peut-être qu’un prochain budget permettra d’installer un chauffage pour les mois d’hiver».

Il aura fallu un peu de patience, et ce monument du XIe siècle qui reste la page la plus importante de l'histoire de Villeneuve les Maguelone, pouvait continuer à briller dans l’inventaire culturel régional, national et international, des plus beaux sites classés.

20 Mars 2013..." une inauguration ".....par la nouvelle municipalité.....

 

P1400368

 

 Ce matin là, cinq années après la fin des travaux, la municipalité avait organisé une " animation " pour laquelle un détachement du 3e RPIMA basé à Carcassonne avait été convié afin de lui remettre, au grand dam d'anciens parachutistes, la statue de leur protecteur, Saint Michel, qui avait été remise en état. Au nom de " la sacro sainte laïcité " les statues avaient pratiquement toutes été enlevées .....même celle de Saint Roch, le saint historique de Montpellier. Dans son discours l'édile villeneuvois fera tout de même l'éloge de tous ces travaux et assurera aux  paroissiens que les finitions prévues par l'architecte viendraient " en leur temps ".....Un temps qui passe et passe , saisons par saisons, et qui mine les pierres de la façade extérieure, à tel point qu'à ce jour la nef s'abime inexorablement et l'humidité à repris son travail de sape.

Eglise 2018 002

Eglise 2018 003

Eglise 2018 004

Eglise st Etienne 013