Article de Txomin Hirigoyen et Michel Baqué.

photo-14

Ils sont de plus en plus nombreux les propriétaires de palmiers dans leur jardin à se faire du souci compte tenu de l'abandon de l'entretien de ce qui devrait être l'emblème de la commune. On nous parle beaucoup de Cap 21, de respect de l'environnement, mais au-delà des paroles il ne se passe pas grand-chose sinon rien.

Ça et là on trouve des palmiers totalement infestés par des larves pondues par les femelles du papillon dévastateur « Paysandisia Archon », pratiquement laissés à l'abandon par les services techniques ou des espaces verts qu'ils soient communaux ou métropolitains.

Paysandisia_archon_MHNT_female

Le problème reste pour ceux qui se sont engagés personnellement et financièrement afin de protéger et de soigner leur palmiers, au vu du laisser-aller et de l'incompétence des services qui ont un rôle majeur dans les actions de coordination au niveau départemental et aux actions collectives dans la protection des végétaux, tel l'organisme « La Fredon ».. Cet organisme met au profit des détenteurs, particuliers, et des services publics, ses compétences pour gérer la prévention et la lutte contre les dangers sanitaires. Or à ce jour, il ne se passe rien pour protéger la santé des végétaux dans la commune.il semblerait pourtant qu'une seule entreprise serait référencé pour l'élimination des larves et l'entretien des palmiers sur Villeneuve, l'entreprise Gilbert Gorce.(contact : 04 67 69 43 47 et 06 16 02 55 25).

photo-13

Et comme il se dit qu'un malheur n'arrive jamais seul, voilà que se propage maintenant le charançon rouge des palmiers, (Rhynchophorus ferrugineus). Il fait en France l'objet d'un arrêté national contre l'espèce, et on le surnomme déjà le tueur de palmiers.

240px-Rhynchophorus_ferrugineus_larva charençon rouge

Il est vrai que l'on trouve quelques panonceaux pour dire que la commune est déclarée Phyto 0, alors il faut savoir que dans les moyens de lutte existe les moyens chimiques et les moyens organiques. En ce qui concerne la lutte organique, il s'agit de la pulvérisation de nématodes 11, comme le Steinernema carpocapsae, qui parasitent rapidement la larve du charançon rouge et du paysandisia archon. D'autres produits biologiques, à base de spores de beauveria bassiana peuvent être épandu sur le coeur de palmiers contaminants ainsi les larves et agissant à la fois en préventif et en curatif.

Il serait peut-être temps maintenant, que la municipalité envisage rapidement le moyen de lutte et de destruction des végétaux largement contaminés et dont l'approche du printemps ne va que redoubler les effets dévastateurs.

Charençon2